La postérité de Posada

Posada, graveur mexicain de génie, est mort en 1913 dans l’oubli. Son corps finit jeté dans la fosse commune. Ses images, imprimées sur des supports fragiles (des journaux populaires destinés à partir au pilon), auraient pu, elles aussi, disparaître à jamais. Ce ne fut heureusement pas le cas et, quelques décennies plus tard, Posada est considéré comme un artiste majeur de lʼhistoire de lʼart. Comme cela a-t-il eu lieu ?

La sauvegarde et la reconnaissance de son œuvre sont entre autres liées au destin étonnant d’un jeune peintre français du nom de Jean Charlot, à l’intérêt de celui-ci pour les images dʼÉpinal et à sa proximité avec un certain Diego Rivera…

Au travers cette conférence, Laetitia Bianchi (commissaire scientifique de l’exposition Posada, génie de la gravure) racontera cette redécouverte où se mêle l’histoire familiale d’un jeune homme, la grande Histoire et un mouvement de pensée plus vaste : le regain d’intérêt envers les arts populaires.

 

Durée 1h + temps de discussion

Accès libre |Réservation conseillée

Structure porteuse : 
Public(s) : 

Équipes